vendredi, janvier 23, 2009

Linux, le libre et la crise !

Actuellement, plusieurs spécialistes se demandent si Linux et le logiciel libre ne vont pas tirer leur épingle du jeu face à la crise économique. Cette question est discutée sur le net à travers les blogs.
Cependant certains signes ne trompent pas.
Par exemple, Vyatta, une entreprise américaine, leader dans les réseaux libres, annonce de très bons résultats : une croissance de 600% en 2008. Malgré la récession, le compte client a augmenté de plus de 150%. Les logiciels libres destinés aux réseau qu'édite Vyatta ont été téléchargés plus de 4 millions de fois. De plus, Vyatta est partenaire avec plus de 100 revendeurs ce qui permet de faire connaitre ses solutions réseau libres. Parmi ses clients, on trouve des fournisseurs de services, des agences gouvernementales et le monde éducatif : AmeriVault, Boston Colocation, Florida state University, the State of New Mexico, TelEvolve, Wikia et plus d'une centaine d'autres.

La crise a mis à mal également Microsoft. Linux pourrait en profiter. En effet, Microsoft a annoncé de mauvais résultats et prévoit de supprimer 5000 emplois dans les 18 mois.
LinuxDevices a interviewé Jim Zemlin, le directeur de la Linux Foundation, sur l'influence de Linux sur les résultats de Microsoft.
D'emblée, il fixe les choses. Dans la réponse à la première question sur Windows XP et les mini-portables internet, il explique pourquoi, malgré un marché en croissance et des ventes supérieures de ces mini-portables sous Windows XP, les résultats financiers de Microsoft sur ce marché, sont mauvais : les constructeurs de ces mini-portables peuvent maintenant négocier les prix car ils ont le choix entre Windows XP et Linux.
De plus, il explique que Microsoft s'est trompé dans ses prévisions en pensant que les PC allaient toujours devenir de plus en plus puissants alors que c'est le contraire qui se passe actuellement avec le développement des MID ou Mobile Internet Devices (terminaux mobiles Internet). Vista n'est actuellement pas du tout adapté à ce type de matériel.
Pour lui, le développement de Linux est plus réactif que le processus de développement de Microsoft, qui est plutôt basé sur un modèle sur plusieurs années. Pour lui, Linux est prêt dès maintenant à répondre à la demande.
Par ailleurs, d'autres compagnies s'en sortent mieux malgré la crise : HP, Google ou IBM. Mais selon Jim Zemlin, ces compagnies ont pris le virage de l'innovation : par exemple, HP et IBM proposent des solutions basées sur Linux. Elles ont également commencé leur restructuration il y a quelques années. Google s'est également lancé dans l'innovation avec des produits basés sur Linux (Android). Jim Zemlin précise que, lors de la dernière réunion Consumer Electronics Show 2009 qui s'est tenu début janvier à Las Vegas, il était présenté plusieurs mini-portables internet basé sur Android ou avec la plateforme open-source Maemo développée par Nokia (en collaboration avec Debian, Gnome, Linux kernel et d'autres).
De plus, il prévoit également un développement de Linux dans l'embarqué.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article sur marketwire.com et l'interview de Jim Zemlin sur linuxdevices.com.

Personnellement, je pense que le libre et Linux vont profiter de la crise :

- pour des raisons économiques : c'est moins cher !
- pour des raisons philosophiques : ils sont basés sur un autre modèle économique plus réactif. J'irai jusqu'à dire que ce modèle ressemble beaucoup au modèle anarchiste proposé par Proudhon, homme politique français du XIX ème siècle basé sur les associations.
- pour des raisons politiques : face à la politique de réduction des coûts, les hommes politiques vont imposer le libre. De plus, certains états vont vouloir se débarraser de l'influence et de la tutelle des multinationales puissantes comme Microsoft (qui sont plus puissantes économiquement que certains pays !)(comme le Vietnam ou la Turquie).
- pour des raisons de sécurité intérieure : mieux vaut être sous un système libre que sous un système propriétaire qui contrôle tout !

1 commentaire:

café paris a dit…

Moi j'ai l'impression qu'on entre seulement dans la crise !