vendredi, septembre 17, 2010

Mandriva continue ...

Ce matin, se tenait à Paris au siège social l'assemblée générale ordinaire et l'assemblée générale extraordinaire réunissant les actionnaires de la société Mandriva. J'ai assisté à cette réunion. Je vais donc essayé de vous en faire un compte-rendu personnel.
L'ambiance était un peu tendu au début. Notamment, M. Arnaud Laprevote, le nouveau PDG, a ouvert la séance un peu tendu. Il a d'abord expliqué la situation actuelle de Mandriva. La situation financière est catastrophique avec des pertes abyssales : plus de 8 millions d'euros. Les trois sociétés du groupe (Mandriva, Edge IT et Linbox) sont toutes les trois déficitaires. Il a été décidé de se débarrasser de l'une d'entre elles : et c'est Edge IT qui a été choisie. Sa liquidation judiciaire a été prononcée et le personnel a été licencié. Il leur a été fait la proposition de réintégrer Mandriva mais la majorité du personnel a refusé. M. Laprévote a également expliqué le montage financier pour sauver Mandriva de la liquidation judiciaire. Mandriva est encore en plan de continuation, elle a des échéances à honorer, notamment une de 100000 € au tribunal de Commerce à la fin du mois de septembre; si Mandriva ne l'honorait pas, la liquidation judiciaire serait prononcé immédiatement par le juge du tribunal de Commerce. La situation était donc urgente pour sauver la société : c'est pourquoi, il n'a pas été fait appel aux actionnaires actuels, ni au Fond Stratégique d'Investissement, les procédures étant trop longues. Un fond qui a accepté de mettre de l'argent dans Mandriva a été trouvé : il s'agit d'un fond chypriote mais derrière c'est un fond russe qui apporte l'argent frais avec des objectifs bien précis. Je ne vous explique pas le montage financier. Toutes les résolutions à l'AG concernant ce montage ont été votées : pour le moment, Mandriva est donc en partie sauvée et va continuer son activité.
Les dirigeants actuels ont décidé de recenter le métier de Mandriva sur certains secteurs et marchés particuliers qui leur semblent porteurs : les serveurs, l'OEM et le monde de l'éducation. Il faut savoir qu'au Brésil, 50% des ordinateurs sont vendus sous Linux en OEM. Mandriva qui participe déjà à ce marché souhaite donc le développer notamment sur les pays émergents type BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine). Un axe Brésil-Europe-Russie va donc être développé.

Concernant la distribution Mandriva, son développement continue et la version 2011 devrait sortir à la fin du premier semestre 2011. Le support (mises à jour, correctifs) pour les versions actuelles est assuré. Par contre, il ne devrait plus y avoir qu'une version par an.
Autre changement : la communication. Les dirigeants actuels ont décidés de communiquer beaucoup plus. Ils nous ont assuré également ne pas oublier la communauté Mandriva. Certains actionnaires ont insisté auprès d'eux pour qu'ils prennent en compte la communauté et qu'ils fassent un effort de communication vers la communauté Mandriva pour la rassurer face à l'avenir de la société Mandriva et de la distribution Mandriva.
Le site de Mandriva va être de nouveau entièrement réorganisé.
Il a également été précisé que le dossier était suivi avec attention par le ministère de l'Industrie et le Secrétariat Général de la Défense Nationale, dépendant du Premier Ministre.
A la fin de la réunion, l'ambiance était beaucoup plus détendue ! J'ai même pu converser avec Arnaud Laprévote et Jean-Noël de Galzain. Mandriva prend un nouveau départ avec de nouveaux investisseurs tout en gardant l'excellente distribution Mandriva. Souhaitons à Mandriva bonne chance !

8 commentaires:

Anonyme a dit…

"Il leur a été fait la proposition de réintégrer Mandriva mais la majorité du personnel a refusé."

Pas vraiment exact... :-/ plusieurs ex-employés de Edge-IT n'ont pas eu d'entretien personnel, ni de proposition (personnelle ou collective) de réintégration.

Pour ce qui est de communiquer plus, cela fait 3 ou 4 dirigeants successifs qui passent, disent comprendre la communauté et vouloir communiquer plus et bon... on a vu le résultat. Aucune considération, aucun soutien pour le "fait" communautaire dans le fond.

Enfin, si ces ministères s'intéressaient vraiment à la situation du groupe, une aide de leur part aurait déjà pu se faire sentir, depuis longtemps, tant sur la forme (encouragement, citation, contacts) que sur le fond (assouplissement procédures en cours, prise de participation car activité stratégique)

D'ailleurs, s'ils s'y intéressent (un peu tard), c'est peut être précisément parce qu'un gros fond étranger pointe son nez dans le capital.

Et le site web ? comment dire... "refaire à nouveau", ça montre qu'ils n'ont pas bien compris qu'à faire et refaire continuellement leur site, il finit par ne plus ressembler à rien. "Cool URLs don't change."

Petitbob a dit…

je n'est retranscrit que ce qui a été dit aux actionnaire au sujet du personnel licencié.

Petitbob a dit…

je n'est retranscrit que ce qui a été dit aux actionnaire au sujet du personnel licencié.

Anonyme a dit…

la reprise de cotation de l'action Mandriva a-t-elle été évoquée pendant l'AG ?

Merci Petitbob pour ce résumé.

Anonyme a dit…

rien contre toi petit bob, mais contre les mensonges a répétition de l'équipe dirigente, la vérité est toute autre que ce qu'ils ont dit et je rejoins le premier commentaire.

Comme le disait le premier commentaire tout le monde n'a pas eu de reclassement, et tout Edge IT a refusé c'est qu'il doit y avoir une raison.

thieb03 a dit…

Ce qui m'inquiète le plus c'est de voir que de nombreux développeurs quittent le navire, et cela même pour certains à qui on a proposé un reclassement, ce n'est vraiment pas une preuve de confiance pour l'avenir de la distribution ! Enfin Mandriva est sauvée (une fois de plus) espérons que ce n'est pas une attelle sur une jambe de bois !

boklm a dit…

Un fork de Mandriva vient d'etre annoncé, Mageia :
http://www.mageia.org/

Paul Poulain a dit…

> Il leur a été fait la proposition de réintégrer Mandriva mais la majorité du personnel a refusé

Ca me semble être un point critique : une société qui fait du libre et perd ses développeurs, quelle est sa richesse ?
De plus, POURQUOI ont-ils refusé ! Si c'est pour "proposition salariale ne me plait pas", c'est pas pareil que "vous êtes des voleurs, vous voulez dépecer la bète, je vous suis pas sur ce chemin" ni "votre projet n'est pas clair" ...